Le groupe Volkswagen porte ses investissements dans les technologies du futur à 73 milliards d’euros

Le groupe Volkswagen porte ses investissements dans les technologies du futur à 73 milliards d’euros

  • Le cycle de planification 69 englobe l’investissement en dépenses de capital ainsi qu’en recherche et développement pour l’électrification, les groupes motopropulseurs hybrides et la technologie numérique des cinq prochaines années
  • La part des investissements dans les technologies du futur s’élève à 50 % d’un montant total de 150 milliards d’euros contre 40 % lors du précédent cycle de planification
  • Les investissements dans la numérisation seront doublés pour atteindre environ 27 milliards d’euros

Le groupe Volkswagen poursuit sa transformation en une entreprise de mobilité numérique. Comme il en a été décidé lors du cycle de planification 69, le groupe va consacrer environ 73 milliards d’euros à l’électrification, aux groupes motopropulseurs hybrides et à la technologie numérique des cinq prochaines années. C’est ce qui a été annoncé aujourd’hui, à l’issue de la réunion du conseil de surveillance. Les investissements en dépenses de capital ainsi qu’en recherche et développement pour les technologies du futur passeront de 40 à 50 % des 150 milliards d’euros d’investissements totaux du groupe. Les investissements dans la numérisation vont doubler pour atteindre environ 27 milliards d’euros d’ici 2050, reflétant ainsi la volonté affichée par le groupe de renforcer les fonctionnalités logicielles. Environ 35 milliards d’euros seront consacrés aux véhicules électriques à batterie. 11 milliards supplémentaires ont été affectés au développement des véhicules hybrides à partir de modèles existants.

« Dans le cadre de la planification des investissements du groupe Volkswagen, le directoire et le conseil de surveillance ont aujourd’hui posé les bases qui assureront le succès du groupe. La transformation du groupe et de ses marques ainsi que l’orientation stratégique vers les secteurs centraux de la mobilité seront mises en œuvre de façon cohérente. Compte tenu des énormes défis que nous allons rencontrer ces prochaines années, notre base financière est très solide », a indiqué Hans Dieter Pötsch, président du directoire du groupe Volkswagen.

« Le fait d’avoir mis le cap très tôt sur l’électrique à batterie a permis au groupe Volkswagen d’être aujourd’hui leader au niveau mondial avec ses plateformes électriques et une large gamme de véhicules électriques », a déclaré Herbert Diess, directeur général du groupe Volkswagen. « Dans les années à venir, il sera tout aussi crucial d’asseoir une position dominante dans le domaine des logiciels automobiles afin de satisfaire les besoins des gens en matière de mobilité individuelle, durable et entièrement connectée. À cet égard, nous avons doublé nos dépenses en numérisation. »

Bernd Osterloh, président du comité central d’entreprise, a remarqué : « Les investissements prouvent que notre groupe tient ses engagements en ce qui concerne la transformation, la mobilité électrique et la numérisation. Nous passerons pleinement à l’offensive ces prochaines années. Toutefois, une compréhension commune de la transformation et une planification stable sont tout aussi importantes que des budgets de plusieurs milliards d’euros. C’est là que nous avons tous un rôle à jouer, employés, responsables, directoire, mais aussi décideurs politiques. En ce qui concerne ces derniers, je pense en particulier à Berlin et Bruxelles et aux sujets brûlants comme l’infrastructure de charge et l’internet à haut débit. Volkswagen s’engage totalement pour une mobilité respectueuse de l’environnement et très réseautée. Mais pour cela, nos clients et nous avons besoin d’un environnement fiable.

Le cycle de planification repose sur l’hypothèse d’une croissance économique mondiale modérée lors des cinq prochaines années.

Pour les marchés individuels, on prévoit une croissance modérée différente selon les régions. Une hausse de 30 % de la productivité et des économies de gestion garantiront la transformation sur le plan financier. En outre, le groupe travaille systématiquement à l’optimisation de sa gamme de produits. Ainsi, les nouvelles versions des modèles, les combinaisons moteur-transmission et les fonctionnalités moins demandées seront rationalisées afin de réduire la complexité et d’accroître l’efficacité du portefeuille.

La planification ne comprend pas les coentreprises en Chine puisqu’elles ne font pas partie du groupe consolidé et financent les investissements dans les usines et les produits avec leurs propres ressources.

Mobilité électrique et technologies hybrides

Volkswagen a été le premier constructeur automobile à s’engager dans l’Accord de Paris et compte devenir neutre en matière de climat d’ici 2050. Le groupe a l’intention de lancer environ 70 modèles entièrement électriques d’ici 2030. Vingt d’entre eux sont déjà en production et 50 autres vont suivre. En outre, une soixantaine de véhicules hybrides devraient voir le jour d’ici 2030, dont un peu plus de la moitié sont déjà en cours de fabrication.

Le cycle de planification envisage la production d’environ 26 millions de véhicules totalement électriques d’ici 2030. Quelque 19 millions d’entre eux seront basés sur la plateforme automobile modulaire électrique (MEB) et la plupart des sept millions restants utiliseront la plateforme PPE haute performance. Le groupe estime à environ sept millions la production de véhicules hybrides sur la même période.

Une importance toute particulière accordée à la question centrale de la numérisation

En raison du rôle crucial que joueront les logiciels dans la réussite future de Volkswagen, la dépense en capital consacrée à la numérisation s’élèvera à 27 milliards d’euros environ, soit le double de la somme prévue lors du cycle de planification précédent. Ce montant comprend les dépenses dédiées à l’organisation Car.Software, lancée avec succès au début de l’année. L’objectif est de construire une pile logicielle propriétaire qui sera déployée dans le projet Artemis d’Audi à partir de 2024. La part de l’entreprise dans les logiciels va passer de 10 à 60 %. En outre, une grande partie des fonds affectés à la numérisation seront investis dans les domaines stratégiques de l’intelligence artificielle, la conduite autonome et la numérisation d’importants processus de production.

La transformation de l’Allemagne en centre industriel doit être encouragée

En investissant dans ses sites allemands, Volkswagen, l’un des principaux acteurs industriels du pays, contribue à la vigueur de l’économie allemande tout en continuant à pousser pour que le pays se tourne vers un avenir plus durable et plus numérique avec une sécurité de l’emploi à long terme. Après la Saxe, la Basse-Saxe deviendra le deuxième centre allemand en matière de mobilité électrique.

À Salzgitter, le groupe va investir environ un milliard d’euros dans le domaine stratégique des batteries. En collaboration avec son partenaire suédois Northvolt, Volkswagen construira une usine de batteries dont la production devrait commencer en 2024, ce qui accroîtra la compétitivité de l’Allemagne en tant que site industriel. Il s’agit là d’un autre élément clé de la transformation réussie de la division Composantes du groupe Volkswagen, initiée en 2015.

Sur chaque site, la stratégie visant à consolider les familles de produits dans des usines multimarques va se poursuivre afin d’exploiter davantage les synergies entre les marques et réaliser de nouveaux gains de rentabilité.

Wolfsburg va ajouter un modèle à sa gamme : un autre VUS ciblant le marché européen sortira des chaînes de montage dès 2024. Le site produit déjà toute la famille Golf et ses dérivés, la Volkswagen Tiguan et la SEAT Tarraco.

À l’avenir, Volkswagen Commercial Vehicles va fabriquer l’ID.BUZZ01 tout électrique dans son usine de Hanovre ainsi que trois VUS 100 % électriques destinés à d’autres marques du groupe. Le site de Hanovre met ainsi un coup d’accélérateur à la transformation vers la l’électromobilité déjà amorcée.

Dans l’usine Volkswagen d’Emden, la transformation progresse également rapidement : alors que la phase de fabrication pour le passage à la mobilité électrique est en bonne voie, le deuxième modèle électrique du site est à présent défini. En plus de l’ID.402, la Volkswagen Aero01 à quatre portes et entièrement électrique y sera produite à partir de 2023.

En même temps, la Passat, actuellement fabriquée à Emden, sera produite à Bratislava, en Slovaquie, dès 2023, ainsi que la nouvelle génération de ŠKODA SUPERB, ce qui permettra, ici aussi, de tirer parti des synergies au sein de la famille de véhicules. Délocaliser la production de la SUPERB de l’usine tchèque de Kvasiny à Bratislava va donner à ŠKODA la capacité nécessaire en République tchèque pour mener à bien le plan de croissance de la marque.

01. Prototype
02. ID.4 - consommation d’énergie en kWh/100 km : 16,9-16,2 (combiné); émission de CO2 en g/km : 0; classe d’efficacité : A+